• La série R
    concerne "Les affaires militaires et les organismes en temps de guerre".

     Aux archives départementales, cette catégorie d'archives vous intéressera tout particulièrement si vous souhaitez retracer le parcours militaire de vos ancêtres, c'est par exemple là que vous pourrez retrouver les fameuses "Fiches Matricule", très riches en informations, à la fois militaires et personnelles (comme une description physique du soldat).  Cette série est particulièrement riche concernant la Première Guerre Mondiale. 

    Idéalement, le cadre de classement de la série R prévoit une répartition en 10 sous-séries thématiques, ce qui facilite grandement la compréhension des fonds :

    • Préparation militaire et recrutement de l’armée en 1 R ;
    • Organisation de l'armée en 2 R ;
    • Anciens combattants et victimes de la guerre en 3 R ;
    • Garde nationale et autres corps spéciaux en 4 R ;
    • Gendarmerie en 5 R ;
    • Sapeurs-pompiers en 6 R ;
    • Marine et Garde-côtes en 7 R ;
    • Occupation de la France par les armées ennemies en 8 R ;
    • Prisonniers de guerre ennemis en 9 R ;
    • Organismes temporaires du temps de la Première Guerre mondiale en 10 R.

    La sous-série 1 R est probablement la plus consultée. Outre les fiches matricules, le chercheur y trouve notamment les listes départementales de recrutement du contingent, les papiers des conseils de révision, ou encore les traces des engagements volontaires. En revanche, les fiches matricules ne concernent pas les inscrits maritimes, leurs fiches étant en effet conservées au Service Historique de la Défense.

    Le service militaire étant autrefois obligatoire, il y a des très fortes probabilités pour que vous puissiez retrouver dans la longue liste des fiches matricules, une grande partie de vos aïeux, qu'ils aient ou non participé à un conflit. Pour les retrouver, il vous faut :

    • Savoir à quelle "classe" il appartient. Pour cela, rien de plus simple, il vous suffit d'ajouter 20 ans à partir de sa date de naissance. Concrètement, si je prends pour exemple un soldat né en 1880, il appartiendra à la Classe 1900.
    • Connaitre les nom et prénom(s), date de naissance et commune du domicile légal à 20 ans de la personne que vous recherchez.
    • Rechercher dans la table alphabétique de la classe concernée le numéro matricule du soldat
    • Consulter le registre matricule contenant le feuillet correspondant au numéro matricule.

    Attention : la fiche matricule peut se trouver sur plusieurs images successives à cause des retombes (morceaux de papier ajoutés quand on manquait de place) ; il faut donc vérifier les pages précédentes et suivantes.


    Bien entendu, vous pouvez compléter vos recherches en cherchant aussi en dehors des archives départementales. Vous pouvez vous rendre aux Archives nationales, au Service Historique de la Défense (SHD), ou,tout simplement consulter les documents numérisés par le ministère de la Défense sur le site Mémoire des hommes.


    votre commentaire

  • TUTORIEL - F comme Filiation #Challenge AZLa FILIATION voilà un terme essentiel, que l'on croise nécessairement en  pratiquant la généalogie. Concrètement, on parle de filiation pour désigner les liens qui unissent une personne à ses ancêtres directs.
    Il existe cependant plusieurs types de filiation.


    La filiation biologique, autrement dits tout ce qui lie une personne par les liens du sang à d'autres personnes. La filiation peut-être légitime - lorsque les deux parents de l'enfant sont mariés - ou illégitime (on dit aussi naturelle) dans le cas d'enfants nés hors mariage. Dans ce dernier cas, la filiation peut être légitimée si l'enfant est reconnu au cours du mariage des parents.

    Vous pouvez aussi établir une filiation juridique. Dans ce cas là, il n'y a pas nécessairement de liens par le sang.
    Au cours du baptême d'un enfant par exemple, un parrain et une marraine sont désignés, c'est deux personnes peuvent être de la famille ou de simples amis des parents. Il se créé alors au cours du baptême entre le parrain, la marraine et leur filleul(le) une filiation spirituelle.
    Si vous êtes face à une adoption, il s'agit d'une filiation adoptive.

    Où trouver ces renseignements sur la filiation d'un individu ?

    En premier lieu, sur les registres d"état civil. L'acte de naissance vous renseignera sur les parents et nommera au moins deux témoins, qui peuvent être ou non des membres de la famille et dans ce cas, c'est généralement précisé. Sur l'acte de baptême, le parrain et la marraine sont nécessairement mentionnés, mais la filiation biologique s'il y en a une n'est pas toujours indiquée. L'acte de mariage sera le plus riche en informations. Les parents des mariés, les témoins (souvent - mais pas toujours - des frères, sœurs, cousins...), parfois même les grands-parents, y sont inscrits. L'acte de décès rappellera les noms et prénoms du conjoint de la personne décédée et là encore, un ou deux témoins, souvent des membres de la famille peuvent y être inscrits.

    Un document intéressant, à la condition de se retrouver face à cette situation, peut être une mine d'informations sur la filiation : la dispense de consanguinité. Ces dispenses étaient obligatoires en cas de mariage consanguin, c’est-à-dire en cas de mariage entre cousins, et ce jusqu’au quatrième degré de parenté. Lors d’une consanguinité au 2e degré, c’est-à-dire entre cousins germains, la dispense devait être accordée par le Pape. Les autres dispenses étaient accordées par les évêques. Une dispense est aussi nécessaire dans le cas d'un remariage entre un beau-frère et une belle-sœur.
    Ces documents comportent parfois de véritables arbres généalogiques détaillés afin de justifier la demande de dispense de consanguinité, et peuvent ainsi se révéler précieux pour les généalogistes. L'idée étant de démontrer le degré de consanguinité. On peut alors y trouver un arbre détaillé des deux époux, remontant jusqu'à l'ancêtre qu'ils ont en commun. Ces dispenses sont généralement conservés dans les fonds des évêchés, qui se trouvent dans la série G des Archives départementales.

     


    votre commentaire
  • Trouver, classer et s'y retrouver...

    Ça y est. Après des semaines, des mois, voire des années de "j'aimerais bien un jour...", c'est décidé, aujourd'hui est LE jour où vous allez vous lancer sur la piste de vos racines. Très bien. Mais euh... par où commencer au juste ? Et voilà, la panique vous gagne, vous hésitez, car d'un seul coup, ça vous parait compliqué et puis finalement, vous vous demandez si vous aurez bien le temps de faire vos recherches.

    Tout d'abord, dites-vous que le démarrage - sauf cas particulier - n'est en général pas le plus compliqué. Ensuite pour ce qui est du temps, ne nous mentons pas, la généalogie est une passion chronophage. Dites-vous bien que remonter les branches prend beaucoup, beaucoup de temps. Que parfois nous sacrifions plusieurs heures, sans même s'en rendre compte, pour retrouver au final la trace d'un seul et unique individu. Mais vous verrez qu'étrangement, c'est assez facile de se prendre au jeu.

    Un arbre prend du temps à pousser, ne vous attendez pas à remonter très loin en l'espace d'un mois.


    OÙ TROUVER LES INFORMATIONS ?

    En premier lieu en discutant avec les membres de votre famille, vous ne pourrez pas fouiner dans les registres de moins de 100 ans. Donc pour commencer, récoltez auprès de vos proches toutes les infos que vous avez déjà. Pensez aux livrets de famille. En effet, ils vous donneront l'ascendance de vos parents, de vos grand-parents, et si vous avez encore ceux de vos arrière-grands-parents voilà, vous aurez déjà trois ou quatre générations complètes, avec les prénoms de tous leurs enfants.

    LES RECHERCHES DANS LES ARCHIVES

    Cette première étape franchie, il faudra vous tourner vers les registres paroissiaux et/ou communaux, en mairies ou aux archives départementales (aujourd'hui presque toutes ont mis l'état civil en ligne).
    Prenez comme point de départ un individu dont vous connaissez la date de naissance. Son acte de naissance vous donnera le nom de ses parents. Pour retrouver le mariage de ses parents, remontez en arrière, page par page. L'acte de mariage vous donnera l'identité des parents des mariés, etc...

    Mes techniques : Remonter en arrière depuis un individu permet de retrouver en général la fratrie de notre aïeul, jusqu'au mariage des parents. Souvent, le fils aîné porte le prénom du père et la fille aînée porte le prénom de la mère, si je trouve l'un ou l'autre, je ne suis en générale, pas très loin du mariage des parents !
    Pour retrouver le mariage d'un individu dont je ne connais que la date de naissance, je cherche en général à partir de l'année de ses dix-huit ans. On peut trouver des mariés plus jeunes, mais ils ne sont pas une majorité en général.

    PENSEZ AU CLASSEMENT AVANT D'ÊTRE DÉPASSÉ

    Pensez à commencer vos "Fiches Individus" au fur et à mesure de vos trouvailles, ça vous évitera de vous perdre. Voici comment se présentent mes fiches :

    N° SOSA...








    Sosa n°
    Sosa n°

       NOM :
       Prénoms :

       Né le...
       Baptisé le... (si baptisé)
       à...

      Fils (ou fille) de...
       et de...

       Marié(e) le...
       à...
       avec...

       Profession(s) :

       Domicilié(e) :

       Décédé(e) le....
       à...

       Enfants :

         - NOM, Prénoms - Né le.... à
                                           Décédé le... à....


    Bien sûr, c'est une base pour des cas "simples". Pour certains individus peut-être y aura t'il plusieurs unions, des divorces, etc... Rien ne vous empêche aussi d'y préciser la date de publications des bans ou tout autre information complémentaires si vous le souhaitez, après tout, ce sont vos fiches.

    Quand j'ai commencé, j'ai photocopié les actes en mairie ou aux archives, après chaque fiche, une pochette renferme tous les documents relatifs à l'individu et les actes de naissances des enfants qui ne sont pas mais ascendants directs (et donc, mes collatéraux). Je continue d'imprimer les actes à force d'habitude mais à l'ère de l'informatique, vous pouvez aussi les enregistrer numériquement dans votre ordinateur (ce que je fais aussi, en plus des impressions).

    LE CLASSEMENT DES FICHES

    Il est indispensable que chaque fiche soit numérotée pour pouvoir facilement vous y retrouver.
    La numérotation la plus couramment utilisée pour établir une généalogie ascendante est la numérotation Sosa Stradonitz.

    - Le Sosa N°1 c'est vous - ou la personne à partir de laquelle vous voulez commencer l'arbre - aussi appelé le de-cujus.
    - Le père est le Sosa N°2 et la mère le N°3. Le numéro 4 est son grand-père paternel, le numéro 5 sa grand-mère paternelle, le numéro 6 son grand-père maternel et le numéro 7 sa grand-mère maternelle, etc...

    Trouver, classer, trier... et s'y retrouver
    Exemple pour la numérotation Sosa
    Explication détaillée ici : Guide de la numérotation généalogique

    Prêt(e) à vous lancer ?

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique