• B comme Broderie #Challenge AZ
    Pour la lettre B de ce "Challenge AZ", j'aurais pu peut-être parler du métier de brodeuse, car au milieu de toutes les couturières de mon arbre, j'en ai trouvé deux.

    Mais plutôt que de parler du métier, j'ai voulu partager cette broderie.


    Elle a été faite par ma mère, à l'occasion des 90 ans de sa grand-mère en 1998 - et donc mon arrière grand-mère Louise MARZIN, épouse d'Alain BODILIS.

    Le cadre de chaque photo et les branches sont faits au point de croix. Au centre, mes arrière-grands-parents, desquels partent les branches de leurs cinq enfants, puis petits-enfants et arrière-petits-enfants.

    Sur chaque photographie, leurs enfants et petit-enfants avec leur conjoint puis les branches des arrières petits-enfants. L'idée était de mettre des photos "de l'année", chacun avait donc participé en faisant parvenir à ma mère des photographies suffisamment petites mais visibles pour correspondre au format des cadres brodés. Cette broderie est un véritable "instantané" de mon arbre maternel pour l'année 1998. Depuis quelques branches seraient à ajouter avec la nouvelle génération !

     


    4 commentaires
  •                               
    La belle découverte...Cette carte postale ancienne de Saint-Leu-la-Forêt (Val d'Oise), trouvée par hasard le soir du 28 avril 2018, m'a émue au point d'avoir sérieusement réduit mes heures de sommeil cette nuit là. Pourquoi ?

    Tout simplement parce que Nicolas DUTRIAUX (mon sosa 52) était l'arrière-grand-père de mon grand-père maternel. Mon grand-père qui se rappelait très bien de son aïeul, décédé à un âge avancé lorsqu'il avait une dizaine d'années (je n'ai pas encore pu savoir la date exacte, mais en tout cas après 1932). Il m'en parlait souvent car il était très proche de lui. Et puis à l'époque, les quatre générations vivaient sous le même toit.

    Malheureusement j'ai trouvé cette photo trop tard, car il est décédé l'été dernier. C'est ce qui je pense m'a le plus bouleversée sur le moment, car il aurait été tellement heureux de voir cette photographie !


    Petite histoire des Dutriaux horticulteurs...


    Nicolas est le fils de Louis (Joseph, Nicolas) DUTRIAUX et de sa seconde épouse Marie, "Elisabeth" DEBACQ. Il est né le 14 juillet 1853 à Boulogne-la-Grasse une petite commune de l'Oise, à la frontière de la Somme, d'où sont d'ailleurs originaires ses aïeux, qui sont tous du côté de son père, originaires de la commune de Rollot à 5 km. à peine de Boulogne-la-Grasse. Au jour de son mariage avec Sophie RAGOT à Boncourt (Meurthe-et-Moselle) le 30 octobre 1878, il est jardinier, tout comme son père Louis.


    Leur fils Albert naît à Boncourt le 28 août 1879, puis ils partent peu de temps après à Saint-Leu-la-Forêt (Val d'Oise), puisqu'ils sont présents au recensement de 1881. Là-bas se trouve déjà son frère Louis, "Élysée" DUTRIAUX, de vingt-deux ans son aîné (il est son demi-frère) qui y est recensé depuis l'année 1856. Élysée y exerce le métier de jardinier d'abord, puis de maraîcher et finalement d'horticulteur (selon le recensement de 1872).

     

    Le recensement de 1861 dévoile également la venue d'un autre frère DUTRIAUX, Jules (Joseph, Léon), qui a alors 19 ans et vit chez Elysée. Plus tard Jules devient lui aussi horticulteur à Saint-Leu-la-Forêt où il se mariera en 1863.

     

    Pour revenir à la carte postale

    Suite à cette découverte, je me suis mise à creuser davantage pour faire le point sur cette branche à cette époque précise et particulièrement à Saint-Leu-la-foret, ce qui m'a fait découvrir la présence de Jules à St-Leu. Cette carte postale a donc été postée en 1906 (le verso ne m'apprend rien). La photographie pourrait avoir été prise avant, mais pas vraiment avant 1900 si je me fie aux coiffures.

    Malgré tout, je suis parvenue à identifier trois des personnes présentent. Tout d'abord Nicolas DUTRIAUX lui-même (car j'ai trouvé récemment dans un carton deux photographies) qui par déduction est aux côtés de son épouse Sophie RAGOT (Sosa 53). Et leur fils Albert DUTRIAUX (Sosa 26), qui sera leur unique enfant et dont je possède un portrait, ce qui m'a permis de l'identifier sans difficultés.

    La belle découverte...

    Concernant leur fils, Albert est absent car parti faire son service militaire de 1899 à 1902 à Blois, comme me l'a appris sa fiche matricule. Ce qui me fait dire que la photo a été prise, assez logiquement, après son retour, donc entre fin 1902 et 1906. Il s'est marié en 1904.

    Grâce aux recensements de la commune, j'ai appris que des employés étaient logés chez les DUTRIAUX. Ce qui explique sans doute la présence des deux autres jeunes hommes.

    Le recensement 1901 indique dans le même foyer :
    Nicolas DUTRIAUX ; Sophie RAGOT ; Claude MILLOT (ouvrier jardinier - 26 ans) et Gabriel HARASSE (ouvrier jardinier - 24 ans)

    Le recensement 1906 indique dans le même foyer :
    Nicolas DUTRIAUX ; Sophie RAGOT (épouse) ; leur fils Albert (né le 28/08/1879) ; leur belle-fille Alice POLY (née le 22/12/1880) ; LACOURBAS Pierre (commis jardinier, né en 1885) ; CHAUVET Victor (commis jardinier, né en 1825) et DOUVILLE Alexandre (commis jardinier, né en 1886)

    Et les autres frères DUTRIAUX ?

    Joseph Léon "Jules" DUTRIAUX né le 5 avril 1842 à Boulogne-la-Grasse, a donc 58 ans en 1900. Il est trop âgé pour être sur cette photographie et est de toute façon, patron de son propre commerce. Il a eut trois enfants, deux filles et un fils, mais aucun n'est horticulteur.
    Quant à Elysée, fils aîné de la fratrie recomposée, il est décédé en 1905 à l'âge de 73 ans, et sa seule enfant est décédée en bas âge.

    Les trois soeurs POLY ?

    Ma dernière hypothèse à ce jour concerne les trois femmes à gauche. Alice POLY est devenue la femme d'Albert en 1904 et sa famille habitait la même rue. Elle avait deux soeurs plus jeunes, Lucie (qui s'est mariée en 1905) et Hélène. Le bébé ne peut pas être mon arrière-grand-mère, qui est née en 1907 et sera la seule et unique enfant du couple DUTRIAUX-POLY. Les trois femmes sont-elles les trois filles POLY ? Après que ma grande-tante m'ait confié de nouvelles photographies, parmi lesquelles un portrait de "la grand-mère Alice", elle serait bien celle qui est tout à gauche, mais ça reste incertain.

    Lucie et Hélène sont toutes deux décédées assez jeunes et l'une d'elle a eut un enfant (de ce que m'a dit ma grande-tante), ce qui collerait là encore avec la photographie. Du coup je me suis lancée sur les traces de Lucie et Hélène.

    Lucie est née le 3 mai 1883 à Taverny et s'est mariée le 25 février 1905 à Saint-Leu-Taverny avec Albert (Georges) CARTRON duquel elle a divorcé en novembre 1909.  Le 6 janvier 1917 est épousera en seconde noces Eugène (Louis) PREVOST, alors veuf de sa soeur Hélène. Je n'ai trouvé pour le moment aucune mention de la naissance d'un enfant, et je n'ai pas retrouvé non plus d'acte de décès (les tables décennales consultables s'arrêtent à 1932).

    Hélène (Albertine) est née le 13 août 1885 à Taverny et est donc la plus jeune des trois soeurs. Elle s'est mariée le 25 avril 1908 avec Eugène (Louis) PREVOST à Saint-Leu-Taverny mais décèdera quelques années plus tard, le 27/02/1913 à seulement 27 ans.

    Rien ne me dit que ce sont elles sur la photographie, mais deux d'entre elles sont clairement soeurs si on en juge par leur ressemblance donc...

    Des visages sur les noms...

    Donc voilà, j'ai pu identifier trois personnes sur neuf avec certitude.  Grâce à cette découverte fortuite, j'ai pu mettre enfin un visage sur le fameux arrière-grand-père Nicolas dont me parlait si souvent mon grand-père, et sur son épouse Sophie.

    Grâce au portrait d'Alice Poly, je la place à gauche de la photo. Mais sans certitude pour autant. Ce qui identifierait les deux autres femmes comme ses deux soeurs, Lucie et Hélène.

    Il me reste à trouver éventuellement l'identité des autres.
    Peut-être reconnaîtrez-vous l'un de vos aïeux !


    Dans les fleurs pendant 6 générations: Le père de Nicolas, Louis (Joseph, Nicolas) DUTRIAUX était déjà "dans les fleurs" puisqu'il était "employé de culture au château de Bains " (Boulogne-le-Grasse). Albert, le fils de Nicolas sera jardinier puis horticulteur. Sa fille épousera à St Leu-la-foret Raymond BEAUJARD, jardinier. Leur fils, mon grand-père était horticulteur et s'installera à Pithiviers dans le Loiret, une passion qu'il a transmis à mon oncle (horticulteur) et ma mère, qui est fleuriste, comme également ma grand-mère.


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique